Rivages spatiaux-temporels

   Paul Tenèze a consacré sa vie à la peinture. Au milieu des années 50, cet autodidacte plonge dans l’art abstrait et la recherche picturale. Pour lui, l’abstrait n’est pas seulement une formulation de l’imaginaire mais aussi le résultat d’une tentative d’extérioriser ses sensations les plus profondes. Une aventure à l’intérieur de son mental, pour retrouver les racines d’une « peinture primordiale », permettant de rendre visible un peu du jeu cosmique entre l’Espace et le Temps.
 
   Dans l’imaginaire de l’artiste, le temps qui s’écoule s’exprime à travers les multiples métamorphoses des formes originelles. L’idée directrice de cette série vise à imaginer un « rivage temporel » sur lequel échoueraient, portés par le flux immatériel du temps, des objets, matérialisés par des galets.
 
    Taillés dans du bois comprimé, ces « galets »galbés, usés, gravés et peints de couleurs pures symbolisent l’existence de ce flux. Ils terminent leur voyage sur des supports en bois inspirés d’une géométrie biologique. Ces courbes vivantes, ces surfaces irrégulières et variées, s’offrent au regard comme les instants d’une « continuité » temporelle.
 
    Paul Tenèze a consacré à cette saga temporelle 5 années de sa vie (1993-1997). Cette série est son oeuvre majeure. Sa volonté est de ne jamais séparer cette continuité de 192 tableaux chantournés. Cet hymne à la vie, à la nature est son hommage à l’entrée dans le troisième millénaire.